Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Pas encore membre ? Inscrivez-vous
Rechercher
Partager Blog
X

12 à 17 Mois : Voyager avec son bébé

 
Vendredi 23 juin 2017 par Alexandra C

Déjà, il faut savoir que quoi qu'il en soit, vous êtes toujours prioritaires, dans les aéroports tout est pour vous faciliter la vie.
Par exemple à Madrid il y a des poussettes que l'on peut emprunter pour se déplacer dans l'aéroport et à Amsterdam il y a une superbe aire de jeux pour les enfants en basâge ainsi qu'un «baby-care-lounge», très pratique et parfait pour se reposer avec bébé pendant une longue escale. C'est pourquoi il faut se renseigner sur les équipements existants dans votre aéroport de transit, notamment si votre escale est longue. 

 

Vous pouvez prendre avec vous - et ce jusqu'à la porte de l'avion - votre poussette canne (selon mon expérience, dans la plupart de compagnies, ils ne regardent pas le poids ni les dimensions, il suffit d'en avoir une qui se plie totalement), bien sûr, vous la récupérez à la sortie de cabine et... pas d'angoisse ! il y a toujours du personnel prêt à vous aider pour déplier l'engin (particulièrement pratique si vous portez bébé ou s'il ne marche pas encore).

Même si votre bébé marche, je vous conseille fortement de prendre avec vous un porte-bébé (ou écharpe de portage), comme ça vous aurez les mains libres sans trop vous soucier de la sécurité de l'enfant. Il y en a de toutes sortes sur le marché mais si vous partez seul(e) il vaut mieux s'équiper et pouvoir l'utiliser sans assistance.

Au départ je voulais la porter sur le dos mais impossible sans aide et il faut penser à pouvoir tout faire en solitaire (vous apprécierez quand d'autres passagers attendris vous aideront !).

Personnellement j'ai écarté la possibilité d'utiliser l'écharpe de portage traditionnelle parce que je n'ai pas l'habitude, pour moi c'est trop compliqué.
Alors j'en ai choisi un de style hamac ergonomique et j'ai pu porter ma fille de 10 kilos sur le coté. Je l'ai trouvé très pratique, particulièrement pour monter et descendre les escaliers de l'avion ou pour se balader dans les étroits couloirs de l'appareil pendant les heures de vol. Inès s'est très bien adaptée et moi je n'ai pas eu trop mal au dos.

 

Le vol Toulouse - Amsterdam a duré environ 2 heures et demie et il s'est très bien passé. La miss n'a fait que dormir (n'oubliez pas de faire téter bébé au décollage et à l'atterrissage pour qu'ils n'aient pas mal aux oreilles). Elle s'est réveillée de bonne humeur avant d'arriver, elle a mangé des gâteaux, elle a bu son bib et moi j'étais détendue.

Ce n'était pas si compliqué que ça finalement !


Quel vol et quelles options ?
 

Dans la mesure du possible, choisissez votre long courrier de nuit; vous aurez plus de chances de passer un trajet relativement calme car bébé fera sa nuit (juste en cas de turbulences et par mesure de sécurité les hôtesses vous demanderont de prendre bébé dans vos bras et dans mon cas, ceci n'a pas affecté le sommeil d'Inès).

 

N'hésitez pas à demander auprès de votre compagnie aérienne un couffin, à réserver avant votre départ.
Là aussi, ça dépend, mais dans la plupart des compagnies, les bébés sont censés voyager sur vos genoux. Dans les longs courriers il y a des couffins disponibles pour bébés allant jusqu'à 65 cm et 10 kilos.

Inès fait justement 10 kilos mais elle est plutôt vers les 80 cm alors selon mon souvenir du premier voyage, les couffins sont très petits et je n'ai pas osé en demander justement par rapport à la taille de ma fille : grosse erreur.

Nous sommes parties avec une autre compagnie sur laquelle les couffins sont un petit peu plus grands. Au retour j'ai tenté la réservation du berceau et ça a été accepté ! Gros soulagement. Même si Inès avait ses petits petons qui sortaient du couffin elle a pu dormir un peu mieux et moi j'ai pu manger et partir 1 minute aux toilettes sans problème !

Si vous n'avez pas droit au berceau, choisissez les sièges face aux murs car vous aurez un peu plus d'espace et vous risquez d'être placés à côté d'autres parents qui, comme vous, voyagent avec un tout petit. Et ça c'est génial parce que vous pouvez faire des rencontres sympathiques, bébé se fera des nouveaux copains - copines de trajet et surtout les gens seront forcément tolérants en cas des cris ou pleurs. 

D'ailleurs, selon mon expérience, les autres passagers se montrent tolérants face aux pleurs des bébés. Ils comprennent très bien qu'en cas de crise, les parents font tout pour calmer l'enfant et en principe ça ne dure pas très longtemps...

 

À ce propos, moi j'ai passé un sale quart d'heure avec ma fille juste avant le décollage. Quand vous êtes enfin assisse, avec bébé attaché à vous via sa propre ceinture de sécurité adaptée et l'avion est au point de bouger et... elle a choisit justement ce moment où je ne pouvais plus me lever, pour faire la crise de colère de sa vie. Plus j'angoissais et j'avais honte, plus Inès se montrait colérique, elle pleurait et criait fort, TRÈS FORT ! Elle était raide, rouge et commençait à tousser, menaçant de vomir dans son élan. Au bout de ces quelques minutes qui m'ont semblé une éternité, je ne savais plus quoi faire.

 

Heureusement une hôtesse de l'air super sympa est venue à mon secours. Elle m'a aidé à descendre le sac dans lequel il se trouvait un bib d'eau, elle a parlé à Inès et à moi aussi en me disant que tout allait bien se passer, qu'il fallait que je me calme pour que bébé soit apaisé aussi, que ce n'était pas grave si Inès pleurait, que ça allait passer et qu'elle allait m'aider pendant tout le trajet. Ça m'a rassuré. Inès a bu un coup, elle a pris son doudou, sucette et au décollage la crise était enfin finie.

 


Bientôt arrivées à destination !

 

Un peu de tranquillité pour maman mais... pas pour longtemps sinon ce serait trop simple !

 

Au bout d'une heure, petit bout de chou s'est réveillé et de là... jusqu'à l'arrivée à México elle n'a pas fermé ses magnifiques yeux... ça veut dire que nous avons fait 10 000 kms en avion mais peut être 500 kms à pied dans les couloirs de la cabine ! 10 heures d'éveil sur les 11 du grand trajet. C'est pour ça que j'ai compris qu'il vaut mieux voyager de nuit... Trop tard. On avait la journée devant nous.

 

Des tours et des tours et des tours, puis des balades en hamac, puis j'allais m'asseoir avec elle pour lui lire son livre préféré, on dessinait mais pas pendant longtemps parce qu'elle a trouvé plus marrant de faire coucou à tous les passagers qui la regardaient. Du coup on a rencontré du monde, on a discuté, on a bu des coups avec des gens, on a partagé le goûter, etc.

Dans la compagnie avec laquelle on a voyagé ils ont des petits pots pour les bébés ainsi que des gâteaux et bien sûr, de l'eau à volonté. Il ne faut pas oublier de bien les hydrater parce que dans l'avion l'air est très sec.

 

Plus on s'approchait de México, plus Inès commençait à bouder, à être colérique à nouveau, rien ne lui convenait... normal, elle était très fatiguée mais elle n'a pas réussi à trouver le sommeil. A l'arrivée, j'ai eu de la chance et des gens que j'avais rencontré m'ont aidé avec mes valises. Inès était intriguée de tout ce périple, des lumières à l'aéroport, des gens bref... On a vite passé l'immigration, les passeports, la douane et tout ça.

 

Moi j'étais FATIGUÉE mais contente : on avait fait le plus long !
On devait attendre encore 2 heures pour notre dernier vol. Dans le long courrier j'ai connu une maman belge qui voyageait seule avec son petit de 2 ans, mariée à un mexicain, elle rentrait de Belgique après 2 mois passés avec la famille.

 

À la sortie de l'avion on s'est perdues de vue mais on s'est retrouvées à nouveau dans le terminal des vols nationaux. Ils allaient vers le sud, nous vers le centre. On s'est posées ensemble et nos petits ont commencé à jouer. Tous les 2 épuisés mais en lutte contre le sommeil !

Elle a retrouvé sa poussette cassée. L'angoisse. Elle était aussi chargée que moi. La compagnie s'est engagé à lui rembourser une nouvelle poussette mais en attendant la pauvre a du finir son trajet comme ça, avec bébé dans les bras. On s'est dit au revoir car c'était l'heure.

Au moment d'embarquer le Mexico - Guadalajara, Inès dormait enfin.
Elle s'est réveillée quelques heures plus tard dans le lit qui l'attendait tant chez papy et mamie du Mexique ... Enfin arrivées !

 

En savoir plus

Rejoignez le Club Nestlé Bébé

Recevez vos conseils personnalisés toutes les semaines par e-mail

  • Bons de réductionChaque mois, bénéficier de bons de réduction et faites découvrir à Bébé de nouvelles saveurs !
  • ExpertiseUn doute ? Une hésitation ? Nos diététiciennes sont à votre écoute.
  • Outils personnalisésDes outils pour suivre les besoins de Bébé au fur et à mesure qu'il grandit !
  • Compte unique NestléTous les sites de nos différentes marques accessibles grâce à votre compte unique Nestlé.
Rechercher

Nous ne trouvons pas
ce que vous recherchez?

Essayez notre nouveau moteur de recherche intelligent. Nous allons forcément avoir quelque chose pour vous.

Vous avez un compte

Connectez-vous pour profiter des contenus exclusifs réservés aux membres !