Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Pas encore membre ? Inscrivez-vous
Rechercher
Partager Blog
X

18 à 24 Mois : Post Partum partie 1

 
Vendredi 23 juin 2017 par Alexandra C

1.- Post-partum - comme un air de baby-blues...

 

Je ne sais pas combien de fois j'ai senti que je n'en pouvais plus. Pendant les premières semaines, quand mon bébé était au centre de tout, au petit matin en lui donnant son biberon, je rêvais d'être enveloppée et chouchoutée, d'un massage, d'un spa...

Dans notre société la grossesse est idéalisée. Même les stars montrent leurs ventres ronds, les médias présentent les femmes enceintes sexy dans des poses suggestives. La femme enceinte est le centre de toutes les attentions. Toutefois, on ne parle pas beaucoup ni du post-partum ni du corps de la femme qui vient d'accoucher.

Le post-partum est une période de vide dans tous les sens. Après neuf mois d'épanouissement, d'attente et de symbiose avec le bébé vient une séparation très brutale, tellement violente, il n'y a que la mort qui équivaut à un passage comme celui-ci : nous sommes enceintes et 5 minutes après on ne l'est plus.

Je sais plus ou moins comment se passe une maternité au Mexique cependant j'ai été maman en France et je crois que le suivi médical de la grossesse et de l'accouchement en lui-même est excellent : nous avons des rendez-vous avec le gynécologue, la sage-femme, des cours gratuits de préparation à l'accouchement, des séances d'informations sur les aspects juridiques de la grossesse et même de l'aide financière pour l'arrivée d'un bébé. C'est après : si on n'a pas de pathologie particulière, si tout va bien, on n'a personne.

Enceinte j'ai lu beaucoup sur la grossesse, le développement du foetus et l'accouchement. Je me sentais prête mais j'aurais dû faire un processus de deuil de mon propre corps «d'avant bébé». Enceinte, je ne me suis jamais sentie grosse, au contraire, j'étais dans un état magique avec un joli ventre qui attirait les regards attendris de tout le monde.

J'ai eu le choc narcissique le plus terrible de ma vie au lendemain de mon accouchement devant la glace : ma fille était dans le berceau mais moi j'avais toujours un gros ventre ! Et tout d'un coup, je me suis sentie grasse, molle, flasque comme un énorme emballage qui a fini de servir. Dur jugement car les abdominaux se sont tellement distendus pour faire de la place au bébé  qu'il est impossible qu'ils récupèrent leur morphologie originale seulement quelques heures après l'accouchement.

 

Mais je ne savais pas, je n'avais pas réalisé. Non, après tout, je n'étais pas prête.

 

2.- Post-partum - l'accouchement

 

L'accouchement ici en France est relativement banal. Selon l'OCDE, en France, le séjour en maternité dure en moyenne 4,2 jours, ce qui contraste, par exemple, avec les 1,3 jours au Mexique. Épisiotomies et césariennes ne sont pas dramatiques. On ne donne pas sa juste valeur au travail des femmes, de l'utérus et du corps tout entier.

 

Moi j'ai eu un accouchement sans souci médical particulier mais je l'ai très mal vécu parce que j'avais choisi d'éviter la douleur au maximum seulement la péridurale n'a pas fonctionné. Je ne peux pas dire que c'était le plus beau jour de ma vie. C'est le plus important, mais sans hypocrisie, je ne peux pas dire que ça a été le meilleur.

 

Heureusement, dans la plupart des cas, la douleur est contrôlée malgré les détails dont on ne parle pas beaucoup tels que les seins durs, fissurés, les cicatrices de l'épisiotomie ou de la césarienne, les hémorroïdes, la déchirure périnéale, les contractions utérines, les maux de dos, la rétention d'eau ... On n'est jamais suffisamment préparé à ça.

 

Quand j'ai eu ma fille dans les bras, j'étais franchement divisée entre le bonheur de la connaître et de savoir que tout allait bien et une étrange perplexité, ne sachant pas quoi faire avec ce petit corps, si petit et fragile. Le bonheur de mon bébé, sa chaleur et sa tendresse ont fait le contrepoids mais j'étais physiquement meurtrie.

 

Après avoir donné naissance à ma fille, je me suis retrouvée dans cet état éphémère sans valeur : je n'étais plus femme enceinte mais je n'étais pas encore femme active. Je voulais "tout simplement" sortir de l'hôpital, bébé dans les bras, organiser notre nouvelle vie à 3, heureux, ensemble,  reprendre le travail,  faire mes tâches domestiques comme avant et bien sûr retrouver mon pouvoir de séduction. Juste ça !

 

Je regrette tant de m'être imposé tellement de choses ...

 

J'ai toujours vécu dans des milieux de gens bien rangés, où l'on essaie d'être des bons citoyens, on accepte les choses - même les plus dures avec le sourire, on ne fait pas trop de vagues, il faut suivre les règles, les schémas... Mais il arrive un point où l'on n'en peut plus, on est tellement fragilisés que soit on abdique, soit c'est la grande désillusion ...

En savoir plus

Rejoignez le Club Nestlé Bébé

Recevez vos conseils personnalisés toutes les semaines par e-mail

  • Bons de réductionChaque mois, bénéficier de bons de réduction et faites découvrir à Bébé de nouvelles saveurs !
  • ExpertiseUn doute ? Une hésitation ? Nos diététiciennes sont à votre écoute.
  • Outils personnalisésDes outils pour suivre les besoins de Bébé au fur et à mesure qu'il grandit !
  • Compte unique NestléTous les sites de nos différentes marques accessibles grâce à votre compte unique Nestlé.
Rechercher

Nous ne trouvons pas
ce que vous recherchez?

Essayez notre nouveau moteur de recherche intelligent. Nous allons forcément avoir quelque chose pour vous.

Vous avez un compte

Connectez-vous pour profiter des contenus exclusifs réservés aux membres !