Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Partager eLearn Article
X
appliquer

Votre enfant est difficile à nourrir ? Vous êtes loin d’être seul dans cette situation.

Votre enfant veut manger des pâtes natures tous les soirs ? Ou refuse-t-il tout ce qui est vert dans son assiette ? Établir de bonnes habitudes alimentaires au cours de la petite enfance peut constituer un véritable défi. Les enfants ne sont pas tous difficiles, mais s’ils sont amenés à l’être, cela se manifeste souvent vers l'âge de 2 ans, au moment où ils connaissent des changements développementaux et deviennent plus indépendants. 

Répondez à ce questionnaire interactif pour tester vos connaissances sur la façon de gérer un enfant difficile.

Votre enfant est difficile à nourrir ? Vous êtes loin d’être la seule dans cette situation.

Vrai ou Faux ?
1/4
Lorsqu’un enfant dit « non » lorsque son papa et sa maman lui demandent de manger quelque chose, c’est sa manière d’affirmer son indépendance.
Vrai !
Bravo ! Vous avez raison, en refusant de manger ce que papa et maman lui donnent, un enfant revendique simplement sa liberté de penser et d’agir. C’est une étape normale de son développement vers l’acquisition d’une indépendance progressive. Il faudra peut-être lui proposer plusieurs fois avant qu’il accepte de manger ce qui lui a été préparé. Certains experts disent qu’un enfant peut avoir besoin que le même mets lui soit proposé 8 fois ou plus avant de se décider à le manger. Pas besoin de lui mettre la pression !
C'est vrai !
En refusant de manger ce que papa et maman lui donnent, un enfant revendique simplement sa liberté de penser et d’agir. C’est une étape normale de son développement vers l’acquisition d’une indépendance progressive. Il faudra peut-être lui proposer plusieurs fois avant qu’il accepte de manger ce qui lui a été préparé. Certains experts disent qu’un enfant peut avoir besoin que le même mets lui soit proposé 8 fois ou plus avant de se décider à le manger. Pas besoin de lui mettre la pression Rappelez-vous qu’il ne sert à rien de forcer votre enfant à manger. N’abandonnez pas, reproposez lui l’aliment refusé régulièrement. Continuez simplement à lui servir une sélection d’aliments bons pour sa santé à chaque repas ou collation. Il est possible qu’il s’habitue rapidement et accepte de manger les bonnes choses que le reste de la famille mange.
Vrai ou Faux ?
 

Félicitations, vous êtes arrivée à la fin de ce quiz ! Nous espérons que ce que vous avez découvert vous donne envie d'aller plus loin. 
Un trou de mémoire? Vous pourrez revenir à ce quiz à tout moment !​

Mesures à prendre pour infléchir le comportement d’un enfant difficile

Deux facteurs peuvent influer sur le comportement d’un enfant difficile : son environnement et bien entendu, ce qu’il a dans son assiette. Vous pouvez agir de nombreuses façons différentes ! Voici quelques conseils à mettre en œuvre dès maintenant pour tenter d’infléchir la position de votre enfant difficile :

Préparez le terrain

  • Préparez-lui un environnement calme lors du repas en éteignant la télévision.
  • Présentez-lui un plateau dégagé sur lequel ne figurent que les bols, cuillères et timbales indispensables à son repas. Si trop d’objets sont présents sur la table, il risque de se désintéresser de son repas.
  • N’utilisez que des objets familiers : le même biberon, bol ou couvert peut être réconfortant pour votre enfant.
  • Asseyez-vous à table avec lui pour prendre un repas en famille et incluez-le à vos conversations.
  • L’appétit de votre enfant fluctue d’un repas à l’autre et a fortiori d’un jour sur l’autre. Ne vous en faites pas s'il ne mange pas la quantité de nourriture que vous pensez lui être nécessaire. Montrez-lui que vous respectez ses manifestations de signes de faim et de satiété.
  • Évitez de forcer votre enfant à manger. Votre rôle de parent est de décider quand et quels aliments il doit consommer, mais laissez-lui le soin de décider s'il souhaite manger et dans quelle proportion.
  • Incluez à chaque repas un aliment auquel il est habitué et laissez-le décider s’il souhaite s’aventurer à goûter les autres aliments.
  • Ne préparez pas de repas distinct à son intention, cela risquerait de l’encourager à poursuivre sur cette voie pendant les repas.
  • Servez-lui de petites portions de nourriture (l’équivalent de 1 à 2 cuillères à soupe), les grandes portions risquant de le décourager.
  • Laissez toujours le temps à un enfant difficile de mâcher, d’avaler et même de jouer avec un nouvel aliment. Jouer avec la nourriture est une façon pour lui de l’appréhender. Le presser supprimera tout l’aspect ludique associé au fait de manger et ne fera qu’ajouter du stress.
  • Acceptez le désordre ! Les repas n’en deviendront que plus plaisants pour vous et votre enfant. Laissez-le explorer, même si cela entraine un peu de désordre . Votre enfant a besoin d’inspecter, de toucher, de sentir et de goûter les aliments avant de les manger.
  • Soyez patient. Si votre tout-petit rejette un aliment, il se peut que ce soit simplement parce qu’il ne le reconnaît pas.
  • Au lieu de jeter l’éponge pour un aliment auquel votre enfant aura opposé un refus, essayez de le préparer de manière différente et de lui proposer à nouveau.
  • Servez-lui différents aliments sains et montrez l’exemple en mangeant vous-même. Si un enfant voit que sa maman, son papa et le reste de la fratrie mangent avec plaisir, il sera plus enclin à faire de même.
  • Ne soudoyez pas votre enfant avec des sucreries. Cela lui enseigne seulement que certains aliments doivent faire envie tandis que d’autres, non.
  • Soyez réaliste. Il est fort probable que votre enfant ne soit jamais un grand fan des choux de Bruxelles. En revanche, vous pouvez lui transmettre le plaisir d’essayer de nouveaux aliments à table.