Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Pas encore membre ? Inscrivez-vous
Rechercher
Partager Blog
X

18 à 24 Mois : Joyeuse Fête des Morts !

 
Vendredi 23 juin 2017 par Alexandra C

Chaque année, à l'approche du 2 novembre, c'est toujours pareil : les souvenirs font surface et j'ai dans le nez l'odeur du cempasúchil (oeillet d'Inde), mélangé à celui des cierges qui fondent en masse et qui nous guident jusqu'à l'autel des morts. J'ai une folle envie des calaveritas de mon enfance ( des friandises faites de sucre ou de chocolat en forme de crâne humain, décorées et colorées).

Il n'y a pas si longtemps, il m'est arrivé de rêver d'un bon morceau du pain des morts - une espèce de brioche ronde et fadasse censée représenter un crâne - que pourtant je n'ai jamais aimé. J'adorerais me balader en Catrina (squelette féminin vêtu élégamment avec un beau chapeau 'à l'européenne', devenue figure emblématique de l'art populaire mexicain, créé par José Guadalupe Posada). Ça doit être l'exile qui me fait délirer comme ça ...

Les mexicains ont l'habitude d'endurer des choses toujours plus difficiles les unes que les autres. Néanmoins nous sommes un peuple digne et chaleureux, accueillant et optimiste qui aime rigoler de tout. Même de la mort. Et c'est bien pour cela qu'on la dédramatise, on se moque d'elle et on la célèbre en «donnant vie» à nos morts le temps d'une nuit. Au fond, elle nous fait peur mais elle nous fascine.

C'est l'une de plus belles traditions mexicaines que je veux absolument transmettre à  Inès parce que c'est la fusion des coutumes chrétiennes et indigènes, à l'image d'un pays comme México, né du choc des cultures.

Depuis qu'Inès est là, je dresse mon autel à la mémoire de mes défunts dans un petit coin du salon. Cette année c'est la première fois qu'Inès m'aide à le faire.

Rien de sinistre, bien au contraire. Nous considérons la mort presque comme une personne et puisque nous sommes condamnés à coexister avec elle, on la traite avec désinvolture et dérision.

Sur l'autel, on installe la photo du défunt. Cette année, c'est l'arrière grand-mère d'Inès du côté mexicain. On dispose des bougies et des offrandes suivant les goûts de la personne pour laquelle on dresse l'autel : que ce soit de la nourriture, des boissons, du tabac, des jeux de société : tout ce qui faisait plaisir à cette personne chère, ce qui - selon nos croyances- lui donnera envie de descendre sur terre pendant la nuit du 1er au 2 novembre.

 

Inès est trop petite pour découper le «papel picado» (du papier de soie perforé) mais elle m'a aidée à suspendre et coller les feuilles colorées ainsi qu'à placer les fleurs, pour donner un peu plus de couleurs et de gaieté. Malgré la simplicité de notre autel (comparé aux oeuvres d'art que l'on trouve au Mexique), nous sommes contentes et fières du résultat. Toujours sous le regard bienveillant du papa d'Inès qui me laisse faire ma «moitié» d'éducation.

Je lui ai tout expliqué comme à une grande puisque dès sa naissance, je lui parle ainsi. Elle reste un bébé et elle ne comprend pas tout ce que je raconte (en espagnol bien sûr), mais je sais qu'elle est déjà imprégnée par la tradition et notre manière de voir les choses. 

Feliz día de los muertos a todos ustedes ! (Joyeuse fête des morts à vous tous !)

En savoir plus

Rejoignez le Club Nestlé Bébé

Recevez vos conseils personnalisés toutes les semaines par e-mail

  • Bons de réductionChaque mois, bénéficier de bons de réduction et faites découvrir à Bébé de nouvelles saveurs !
  • ExpertiseUn doute ? Une hésitation ? Nos diététiciennes sont à votre écoute.
  • Outils personnalisésDes outils pour suivre les besoins de Bébé au fur et à mesure qu'il grandit !
  • Compte unique NestléTous les sites de nos différentes marques accessibles grâce à votre compte unique Nestlé.
Rechercher

Nous ne trouvons pas
ce que vous recherchez?

Essayez notre nouveau moteur de recherche intelligent. Nous allons forcément avoir quelque chose pour vous.

Vous avez un compte

Connectez-vous pour profiter des contenus exclusifs réservés aux membres !