Article

Comment soulager un bébé souffrant de coliques

Les bébés pleurent. Certains pleurent plus que d'autres. Si votre bébé, par ailleurs en bonne santé, a moins de cinq mois et qu'il pleure de façon incontrôlée et répétée, il pourrait bien s'agir de coliques. Et cela peut être aussi pénible pour les parents que pour bébé. Voici une liste de mesures que vous pouvez prendre pour aider un bébé souffrant de coliques.

2 mins de lecture août 27, 2021
  • Faites des câlins à bébé quand il pleure beaucoup.
  • Tenez-le bien droit pendant les repas pour lui éviter les rots coincés.
  • Faites faire un rot à bébé pendant et après chaque tétée ou biberon pour éviter les douleurs dues aux coliques.
  • Demandez conseil à votre médecin traitant.
  • Essayez de donner un bain chaud à bébé.
  • Essayez de lui masser doucement le ventre avec deux doigts, dans le sens des aiguilles d'une montre, avec un peu d'huile d'olive ou d'huile pour bébé. 
  • Essayez de bercer doucement bébé en le portant à la verticale, la tête dépassant un peu au-dessus de votre épaule, cela peut permettre à l'air emprisonné de trouver la sortie.
  • Tentez un léger bruit de fond comme celui d'une télé ou d'une radio.
  • Essayez de bercer bébé dans son berceau ou dans son couffin.
  • Essayez de promener bébé dans sa poussette.
  • Renseignez-vous sur les probiotiques auprès de votre médecin traitant. Des recherches ont montré que le L. reuteri peut soulager les symptômes en équilibrant les bactéries dans l'intestin de votre bébé. 
  • Parlez à votre médecin traitant de votre régime alimentaire – des recherches ont prouvé que quelques bébés allaités au sein présentaient des améliorations lorsque leur mère suivait un régime alimentaire spécifique. 
  • Essayez de rester calme – les coliques devraient diminuer d'elles-mêmes vers trois ou quatre mois et disparaître vers six mois.
  • Organisez-vous avec des amis et membres de la famille pour consoler bébé afin de pouvoir faire une pause.
  • Si vous vous inquiétez toujours des pleurs de votre bébé, parlez-en à votre médecin traitant, car il est le mieux placé pour vous aider et vous rassurer.